Amicale Laïque Ledonienne ALL Basket
Tous ensemble vers les sommets !!
Cette semaine,
partons à la découverte de...
À venir...


Tête à tête avec... À venir...



Le coin des accros

Le sportif : 

Retrouvez chaque semaine une video ou un article de basketball.

 

Cette semaine, nous rendons hommage au seul club français à avoir remporter le titre suprême européen..

Le grand Csp Limoges 1993 !!!!

 

1re partie Csp Limoges vs Benetton Trévise - finale Euroleague 1993

   

 

 

 

 2ième partie Csp Limoges vs Benetton Trévise finale Euroleague 1993

 

 

 

 

Bon visionage

 

 

 

 

 



 

L'extra-sportif :

Retrouvez chaque semaine une vidéo ou un article qui est complémentaire à la pratique du basketball.

 

 

Les bases de l’entraînement : l’enseignement aux jeunes joueurs – Ettore Messina

 

Par Ettore Messina, ex-entraîneur du CSKA Moscou (2005/2009 et 2012/2014) et actuel adjoint des San Antonio Spurs.

  
13488431782

 

 

Je voudrais commencer cet article en définissant le travail des entraîneurs qui enseignent aux jeunes joueurs. Le but principal de leur travail consiste à former les jeunes joueurs. Ce qui entre parfois en conflit avec la nécessité de gagner des matchs. Par exemple, les jeunes joueurs de grande taille ne sont pas aussi développés que les jeunes arrières (de manière générale, les petits joueurs sont prêts à un âge beaucoup plus précoce), donc si vous utilisez beaucoup les joueurs de grande taille et leur faites confiance en les mettant sur le terrain pendant le match, vous êtes plus susceptibles de perdre. Mais être patient et leur donner assez de temps de jeu est ce dont ils ont besoin pour progresser.

 

Cependant, l’objectif principal de ceux qui entraînent de jeunes joueurs doit toujours être la progression individuelle des joueurs, plutôt que d’essayer de gagner des matchs. Les jeunes entraîneurs et leurs superviseurs doivent garder cela à l’esprit. Tout le monde veut obtenir des résultats dans tout ce qu’il fait. Et les résultats pour l’entraîneur de jeunes doit être d’avoir des joueurs qui progressent plutôt qu’un certain nombre de victoires.

 

Nous allons maintenant parler de l’importance d’avoir une méthode d’enseignement, en particulier pour ce genre d’entraîneurs. C’est la pierre angulaire du travail de l’entraîneur. Permettez-moi de me concentrer un peu sur ce sujet aujourd’hui.

 

« Avoir une méthode d’enseignement signifie que l’entraîneur sait exactement quelles connaissances il est capable de transmettre à ses joueurs. »

 

Avoir une méthode d’enseignement signifie que l’entraîneur sait exactement quelles connaissances il est capable de transmettre à ses joueurs. Il n’y a qu’une seule façon de s’assurer que vous pouvez transmettre des connaissances à quelqu’un. C’est d’avoir une progression pédagogique. La progression pédagogique est un système de transfert de connaissances. Vous commencez à un moment donné et vous ajoutez progressivement des obstacles pour aider les joueurs à atteindre un certain niveau dans un aspect donné du jeu.

  

 

Viktor Khryapa

 

 

C’est comme apprendre à un enfant à monter les escaliers. La première marche ne doit pas être trop basse ou trop élevée. Parfois, les escaliers doivent aller plus haut pour s’adapter aux compétences et à l’expérience de l’enfant. Si la marche est trop facile, il va passer facilement et ne rien apprendre. Si le défi est trop difficile et s’il ne peut pas le faire, il va devenir frustré et finira par abandonner. Donc, la clé pour un bon professeur est d’offrir au joueur une succession d’étapes qui soient assez difficiles, mais qui en même temps ne soient pas trop frustrantes.

 

De nos jours avec Internet, les tonnes de DVD et de livres disponibles, la connaissance de l’entraîneur peut être beaucoup plus grande qu’il y a dix ans. N’importe qui peut obtenir beaucoup de connaissances spécifiques techniques et tactiques. Mais l’élément déterminant de votre travail en tant que coach, c’est la connaissance que vous pouvez transmettre aux joueurs.

Un autre aspect important de la progression pédagogique, c’est la capacité à naviguer facilement entre deux méthode – « tout ou partie », en d’autres termes : globale ou analytique. Vous devez savoir exactement comment l’ensemble peut être divisé en petits détails et comment assembler l’ensemble de ces détails.

 

« En musique comme en sport, nous avons toujours une idée du résultat final. »

 

Le basket-ball est comme la musique. Les jeunes joueurs, qui viennent de commencer à pratiquer le basket-ball, développent une conception de ce que le jeu est, mais dans le désordre. Ils commencent avec une conception globale du basket, qui normalement, se joue d’une manière harmonieuse. Ensuite, vous leur donnez des exercices pour maîtriser les aspects spécifiques du jeu. Et puis ensuite vous assemblez le tout. Le basket-ball n’est pas comme les mathématiques. En mathématiques, vous commencez votre apprentissage avec le fonctionnement de l’arithmétique élémentaire et, à ce moment-là, vous n’avez aucune idée de ce que d’autres les mathématiques sont. Par contre en musique comme en sport, nous avons toujours une idée du résultat final ou de la production globale. Ceci signifie que l’entraîneur doit toujours garder à l’esprit cette méthode d’enseignement « tout ou partie ».

 

Vous ne pouvez pas former de bons joueurs uniquement avec la méthode analytique. Vos joueurs seront peut-être excellents pendant les exercices mais ne sauront toujours pas jouer au basket. Vous ne pouvez pas non plus former des joueurs seulement avec la méthode globale – toujours en 5 contre 5. Vos joueurs n’auraient pas les bases solides nécessaires. Vous devez développer votre propre méthode où vous combinerez les deux méthodes en fonction de vos connaissances. C’est la clé pour être un bon enseignant.

 

 

Ettore Messina

 

 

Une autre partie de la méthode d’enseignement est de comprendre comment les gens apprennent. Les gens apprennent mieux en utilisant méthode d’essai-erreur. Vous essayez, vous faites des erreurs et vous apprenez de celles-ci. Faire des erreurs, c’est une grande partie du processus d’apprentissage. Cela signifie que vous, en tant qu’enseignant, devrez avoir un certain niveau de tolérance à l’égard des erreurs. Être trop agressif ou trop neutre à l’égard des erreurs est mauvais. Vous devez développer une sorte d’équilibre, en sachant exactement quel genre d’erreurs que vous pouvez ou ne pouvez pas permettre. Dans la méthode d’essai-erreur, le point crucial est de savoir comment l’entraîneur et le joueur se comporte vis-à-vis de l’erreur, pas l’erreur elle-même. L’erreur fait partie intégrante du processus.

 

À mon avis, il est plus important de développer ce type de méthode que d’étudier un grand nombre de stratégies ou de tactiques. Pour résumer, vous pouvez avoir une bibliothèque avec des milliers de DVD et de livres, mais le basket que pratique votre équipe pourrait être très basique. Celà va dépendre uniquement de votre méthode d’enseignement et des connaissances que vous pouvez vraiment transmettre à vos joueurs. Peu importe que vous enseigniez la littérature, les mathématiques ou le basket-ball, vous ne pouvez pas transférer toutes vos connaissances. Vous devez être très intelligent et précis dans le choix des parties qui doivent être enseignées à l’aide d’une démarche pédagogique.

 

Vous commencez avec les entraînements. Les entraînements sont l’endroit parfait pour l’expérimentation, faire des erreurs et mettre en œuvre de nouvelles connaissances par essais-erreurs. Au cours des entraînements, vous mettez beaucoup de pression sur les joueurs afin qu’ils comprennent et progressent. Une fois que l’entraînement est fini et que vous avez un match, la seule chose que vous pourriez apporter au jeu, c’est ce que vous avez maîtrisé pendant les entraînements. Le match lui-même, en particulier contre un adversaire fort, ne peut pas être utilisé pour expérimenter et apprendre quelque chose par essais-erreurs. Vous essayez de guider votre équipe en utilisant leurs qualités de la meilleure façon possible.

 

« Parfois, les joueurs ont du mal à comprendre que la même personne qui les contraint si fortement durant les entraînements, les accompagne autant pendant le match. »

 

Pendant les entraînements, en poussant toujours vos joueurs à être meilleurs vous endommagez parfois leur confiance. Ensuite, pendant le match, vous les encouragez, peu importe comment, comme s’ils étaient la meilleure équipe du monde. Parce que, ce que vous avez d’eux à ce moment précis, c’est tout ce que vous pouvez obtenir. Et c’est seulement en les encourageant que vous les utiliserez de la meilleure façon possible. Parfois, les joueurs ont du mal à comprendre que la même personne qui les contraint si fortement durant les entraînements, les accompagne autant pendant le match. Mais une fois qu’ils s’habituent à votre méthode, tout va bien. C’est ainsi que cela fonctionne pour moi.

 

 

Aaron Jackson

 

 

C’est la même chose pour les musiciens. Ils s’entraînement et s’entraînement et s’entraînement jusqu’à monter sur scène. Et le jour du concert, ils sont complètement convaincus de ce qu’ils peuvent faire, de ce qu’ils sont censés faire.

 

Une fois que vous savez exactement ce que vous allez enseigner, c’est votre programme. Il peut inclure du tir, des passes, des rebonds, des timings, du spacing, de la vision de jeu, du 1 sur 1, de la défense et ainsi de suite. Mais le programme lui-même n’est pas si important. Par ailleurs, le programme ne peut pas être construit en abstraction du contexte. Tout d’abord, vous devez évaluer vos joueurs et décider ce que vous voulez améliorer. Le programme ne pourrait exister séparément. Il est toujours adapté au niveau et en fonction des besoins de l’équipe et aussi dépend toujours de la méthode que vous utilisez.

 

Personnellement, j’attends toujours des joueurs de mon équipe qu’ils aient de bonnes bases. A partir de là, si vous voulez préparer une équipe, vous commencez généralement par la défense, parce que la défense décide comment vous récupérez la possession de la balle dans le jeu. Une fois que vous êtes sur que votre équipe sait comment récupérez le ballon, vous pouvez enseigner la contre-attaque. Après la contre-attaque, vous pouvez enseigner l’attaque. C’est ma manière de voir le basket. Je commence toujours par la défense, car il envoie le bon message aux joueurs. Si j’avais commencé par l’attaque, ils auraient sous-estimé l’élément clé du jeu qui est la récupération de la balle.

 

 

 

 

 

Bonne lecture !!

© 2012-2017 ALL Basket • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales